English    greek
Accueil > Actualités

Actualités


Conférence à la Bibliothèque nationale de France (19/04/2017)

Publié le : 01.04.2017
Un groupe de vases découvert en 2012
Un groupe de vases découvert en 2012

Dans le cadre d’un cycle de conférences intitulé Archéologie de la Grèce : de la fouille à l’écriture de l’histoire, Pascal Darcque présentera le 19 avril 2017 un panorama des recherches récentes à Dikili Tash. Celles-ci ont permis, en particulier, d’établir la date des premières installations humaines vers 6400 av. J.-C., ce qui correspond au début du Néolithique dans la région. Par ailleurs, plusieurs maisons, assez bien conservées, offrent des instantanés du mode de vie néolithique, vers 5000 et vers 4300 av. J.-C., et révèlent des pratiques agricoles ou artisanales originales.

Mercredi 19 avril 2017, Bibliothèque nationale de France – François Mitterrand, Quai François Mauriac ou Avenue de France, 75013 Paris, Salle 70, de 18h30 à 20h. Entrée libre.

Consulter la page : Voir l’annonce de la conférence sur le site de la BnF

Les activités des années 2015 et 2016

Publié le : 12.10.2016

Les années 2015 et 2016 ont été consacrées à l’étude, aux analyses en laboratoire et à la préparation des publications. On note quelques résultats significatifs.

Parmi les nombreux fragments architecturaux prélevés durant les fouilles de 2013 dans la maison 1, on a identifié des éléments d’une plate-forme qui s’articule probablement avec l’un des fours, ainsi que des morceaux de plafond.

L’étude de la céramique recueillie la même année dans le niveau mis au jour dans la partie NO du secteur 6, en position intermédiaire entre la couche de destruction de la Maison 1 (NR II) et les premières structures du Bronze Ancien, confirme qu’il s’agit bien d’un niveau du Néolithique Final (dit aussi Chalcolithique Final). Les meilleurs parallèles se trouvent parmi des sites des Rhodopes (Yagodina, Tatul, Dolno Dryanovo, Ilinden). Les résultats des datations par le carbone 14 s’accordent avec les dates obtenues sur ces sites, situées entre 4200 et 3900 av. J.-C. Il faut donc ajouter ce secteur aux parties du tell où l’occupation se poursuit après 4300 av. J.-C.

En utilisant un microscope optique très performant, on a pu identifier le matériel dont sont faites les perles néolithiques. Cette méthode est plus économique et aussi sûre que l’analyse par spectroscopie infrarouge utilisée précédemment. Il apparaît ainsi que seule une quarantaine de perles sont en coquille, alors que l’on compte plus de 1 250 perles en pierre.

Parallèlement, nous avons poursuivi l’intégration de toutes les opérations antérieures dans le même système documentaire, une base de données relationnelle qui compte désormais 4 550 enregistrements d’unités stratigraphiques et 42 425 enregistrements d’objets.

Philippes sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO

Publié le : 12.10.2016

Le site de Philippes est inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis le 15 juillet 2016, date de la 40e session de l’organisation à Istanbul. C’est le 18e site grec inscrit sur cette liste, après Delphes, l’acropole d’Athènes, Olympie, Vergina ou les Météores. Bien que Dikili Tash ne figure pas dans le dossier présenté par le Ministère de la Culture, c’est une décision dont les retombées seront sans doute très sensibles et positives pour toute la région et l’environnement immédiat de Philippes.

Consulter la page : Site de l'UNESCO

On buvait du vin rouge à Dikili Tash vers 4300 av. J.-C.

Publié le : 12.10.2016

Nicolas Garnier et Soultana Maria Valamoti présentent, dans un article du Journal of Archaeological Science (première mise en ligne en mai 2016), un nouveau protocole qui a permis l’identification de vin rouge sur les parois d’une grande jarre et d’une cruche découvertes dans la Maison 1, détruite par incendie vers 4300 av. J.-C. Cette identification vient s’ajouter aux indices fournis par les pépins et peaux de raisin découverts en association avec la grande jarre. C’est ainsi le plus ancien témoignage de vinification en Méditerranée orientale et en Europe.

Rappelons qu’une partie de ces recherches ont été financées par la National Geographic Society, qui a salué la publication des résultats scientifiques par un petit article sur son blog. Cette publication a eu des échos dans la presse spécialisée.

Consulter la page : Article du Journal of Archaeological Science

PLANTCULT, un projet européen

Publié le : 12.10.2016

À la fin de l’année 2015, notre spécialiste d’archéobotanique, Tania Valamoti, professeure à l’université de Thessalonique, a obtenu un financement du Conseil Européen de la Recherche (ERC Consolidator Grant) pour son programme « Identification des cultures alimentaires de l’Europe ancienne : recherches interdisciplinaires sur les ingrédients végétaux, les transformations culinaires et leur évolution dans le temps ». Le projet, qui se déroulera de 2016 à 2021, vise à rechercher les pratiques culinaires en usage dans les premières communautés paysannes d’Europe, du monde égéen à l’Europe centrale, et du Néolithique à l’âge du Fer (7e-1er millénaire av. J.-C.).

Environ 35 spécialistes et doctorants d’une douzaine de pays y sont associés, parmi lesquels Hara Procopiou et Zoï Tsirtsoni, respectivement en tant que spécialistes des outils de mouture et des récipients céramiques. Dikili Tash sera l’un des sites-clefs étudiés.

Consulter la page : CORDIS - ERC

L’étude des pollens confirme que les activités agro-pastorales débutent aux environs de 6400 av. J.-C.

Publié le : 12.10.2016

Arthur Glais, José Antonio Lopez Saez, Laurent Lespez et Robert Davidson publient dans Quarternary International (première mise en ligne en septembre 2015) une étude sur la relation homme-milieu dans les environs de Dikili Tash, en particulier au début de l’époque néolithique. Les diagrammes polliniques effectués à partir de deux carottages, situés respectivement à 1,75 km et 150 m du site archéologique, fournissent les premiers indices d’activités agro-pastorales à partir des années 6400 av. J.-C. Ces indices sont sans doute en rapport avec l’installation des premières communautés néolithiques. Cette étude confirme ainsi les résultats acquis grâce aux carottages intra-site.

Consulter la page : Article de Quarternary International


> Voir les actualités archivées
separateur
separateur

illustrations
Dernière mise à jour : 01/04/2017